Petite pensée du matin…

5 mars 2008 0 Par jeff1er

En écoutant la matinale de Canal+ ce matin, dont l’invité était le ministre du budget, je me suis repassé le film des dernières semaines sur le dossier des prix à la consommation.
burns-pognon-2008-03-5-07-53.gif
Que venons-nous de vivre ? Le Sarko-band et son cortège collabo-journalistique nous sert en effet un couplet un peu usé : la grande distribution abuse sur les marges et a pratiqué des augmentations de prix injustifiées par rapport à la flambée des prix des matières premières !
Réfléchissons cinq minutes sur ces inepties…
Le sarko-serpent se mort la queue!

En premier lieu, au delà de la flambée de certains prix agricoles, comme le lait ou les céréales, nous avons vécu surtout une flambée des prix du pétrole, et par la même, une explosion de la TIPP.
Nos amis de droite se refusent à remettre en place la TIPP flottante au prétexte que, comme les prix sont élevés, les français consomment moins de carburant !
Mais vous nous prenez pour quoi ???
Le résultat, en tout cas, est strictement le même: nous consommons moins de carburant parce que les prix sont déraisonnables, pas pour embêter le ministre du budget. Si les caisses de l’état sont vides, il faut aussi aller voir du côté des cadeaux fiscaux faits récemment à certain (même si cela ne représente peu dans la masse), d’une part, et à toutes les mesures qui massacrent la consommation (dont le refus de la TIPP flottante), et par là même les entrées de TVA dans les caisses.
De plus, un peu plus de coercition envers les entreprise ne serait pas futile. Si l’on analyse la bonne santé des grandes entreprise mise en contraste avec la déprime des français, il y a de quoi se taper la tête contre les murs…
Bien entendu me-direz vous, ce ne sont pas les français qui invitent notre omni-président sur leur yacht ou dans leur jet privé…
Touche pas au grisby, salope !
Notre tonton flinguer en ray-ban essaie donc de jouer les chevaliers blancs en tentant de taper sur une partie du problème, à savoir les prix élevés, engendrés par les marges honteuses de la distribution.
Et quel-est son remède ? faire jouer la concurrence (ah! dogme libéral, quand tu nous tiens !).
Moralité, nous allons (soit-disant) assister à une guère des prix entre distributeurs pour améliorer le pouvoir d’achat…
Et mon chéquier, c’est du poulet ?
D’abord, cette hypothèse par du principe que nos amis José-Luis Duran (Carrefour), Jean-Charles Nourri (Casino), Christophe Dubrulle (Auchan) et leur amis pédégés de la distribution habitent au fond de la lozère, sans téléphone, sans internet, et ne se consultent jamais (promis-craché-juré) sur les prix qu’ils pratiquent !
Ensuite, nous présumons que le fait de faire baisser les prix (que nos magiciens de l’INSEE et son indépendance réputée) engendrera de la richesse.
Et la marmotte, elle met ses stock-options dans du papier d’alu !
 
Des prix bas engendrent avant tout des salaires bas, donc une consommation basse, donc des faillites, donc du chômage, donc pas d’argent dans les caisses, donc le maintient d’un TIPP haute, etc… CQFD !
Et non messieurs les économistes de comptoir, messieurs les technocrates du XVIème arrondissement, la seule manière d’engendrer de la croissance, malheureusement pour ceux qui financent vos campagnes électorales, c’est de botter les fesses des entreprises, au moins de celles qui le peuvent, pour augmenter les salaires.
Une autre composante importante, c’est l’injection de cash par l’état, à la keynésienne. Je sais que Monsieur Trichet appréciera moyennement, mais remettre en avant les fameuses valeurs du travail, si chères à notre tombeur de top models, c’est justement faire baisser les valeurs du capital, notamment en jouant sur les taux d’intérêts !
Parfois, le bon sens devrait prendre le pas sur la communication !
Une dernière idée, pour la route; et si on commençait par nationaliser quelques banques pour qu’elle reprennent leur rôle normal dans l’économie, à savoir aider les entreprise à investir, et non plus à engraisser leurs actionnaires ? c’est-y pas une bonne mesure pour relancer cette croissance ?
On n’a jamais vu un individu obèse du porte-feuille et rachitique des jambes tenir debout, non ?