Le Canet: le mal aimé de la commune…

19 juin 2009 0 Par jeff1er

Pendant les 34 années du « règne » de M. Chazal, le quartier du Canet a souffert de discrimination : parce que l’ancien maire avait constaté que l’électorat ne le suivait pas forcément, il avait décidé de limiter les investissements au strict minimum, en déclarant publiquement « moi vivant, rien ne sera fait au Canet… » ; Les choses ont certes évolué depuis le changement de maire, mais il reste encore beaucoup à faire, tant le retard sur le reste de la commune est important. Ce qui suit n’est pas un réquisitoire, mais plutôt un inventaire des défaillances : je ne veux pas mettre en cause quiconque, mais je souhaite mettre en reliefs les points d’amélioration ; je suis certain que chacun saura prendre ses responsabilités 🙂
Vie locale La vie locale est réduite à sa plus simple expression : un dortoir. Aucun commerce de proximité, si ce n’est le hard discounter Aldi. Nous ne manquons pas de restaurants et d’hôtels, mais une simple boulangerie par exemple aurait été la bienvenue. D’autres en ont décidé autrement. Aucun aménagement d’agrément, tels que ceux qui ornent le chef-lieu et le Plan ne viennent égayer le quartier. Nous souffrons depuis plusieurs mois d’un service postal très approximatif, qui nous oblige souvent à redistribuer le courrier mal acheminé, quand celui-ci arrive. Les infrastructures de communications ont été améliorées, depuis l’implantation d’un répartiteur près du Mas de Meyreuil. Malheureusement, nous restons le seul hameau non dégroupé, et les compromis mercantiles ne sont certainement pas étrangers à cette situation. La 3G n’est également que le fait d’un seul opérateur. En réalité, les améliorations dont nous récoltons parfois les miettes ont la plupart du temps été mises en place pour les entreprises, ce qui est certes important, mais pas suffisant. Derrière le client, il y a un porte-monnaie d’accord, mais derrière le porte-monnaie, il y a un être humain. Dois-je le rappeler ?
Infrastructure routière La communauté de communes a fait un pas important dans la gestion des transports en commun : de nombreux bus sillonnent nos routes et nous permettent de nous rendre dans les villes environnantes. Ceci serait un net progrès si… le seul arrêt de bus n’était plus utilisable, car il ne se trouve plus sur le trajet de ces bus. Sur le trajet ci-dessous, on comprend mieux :
Image2-2009-06-19-23-27.png
— Le bus prend désormais l’autoroute, qu’il vienne d’Aix ou de Gardanne ;
— Le seul abribus existant est indiqué par la flèche mauve (1) (voir photo 1) ;
— Le bus prend et dépose ses passagers dans un fossé, à l’endroit indiqué par la flèche brune (2) (voir photo 2).
IMG_1286-2009-06-19-23-27.jpg
Photo 1: un abri-bus inutile et usé
IMG_1285-2009-06-19-23-27.jpg
Photo 2: le dépôt des passagers des bus dans un champ
La traversée de l’ex-RN7 s’avère de plus un parcours de tous les dangers : le passage pour piéton n’est absolument pas protégé (pas d’indicateur routier règlementaire, pas de jardinière qui pourrait offrir un abri au piéton…) et de plus le marquage est complètement effacé. (devra-t-on attendre de payer des millions de dommages et intérêts à une victime pour réagir ?) :
IMG_1284-2009-06-19-23-27.jpg            
Photo 3 : le passage pour piéton effacé
On remarquera de plus sur la photo ci-dessus que la configuration routière incite les automobilistes à se conduire en véritable bille de flipper : la plupart d’entre eux sortent de l’autoroute et, étant donné que n’indique vraiment qu’ils se trouvent en agglomération, c’est véritable concours de dragster…
Des solutions ?
Oui, il en existe, qui de plus ne coûterait pas excessivement cher. En toute humilité, voici quelques suggestions d’améliorations qui donneront aux Canetons l’impression de payer leurs impôts pour quelque chose…
1— Construire un véritable arrêt de bus
Quoi ? À l’angle de la route de Valbrillant et de la RN7, mettre en place un espace de stationnement temporaire pour que les bus déposent et chargent leurs passagers en toute sécurité ?
Qui ? Si cet aménagement est réalisé, la route de Valbrillant, la responsabilité en incombe évidemment à la mairie. Ni la D.D.E. ni Escota n’y peuvent grand chose… on pourra toujours arguer que c’est le rôle de la communauté de communes, certes, mais la promotion d’un tel projet est clairement de la responsabilité de la municipalité. J’espère qu’ils entendront mon appel !
2— Sécuriser la traversée de la RN7
Quoi ? Plusieurs pistes, parmi lesquelles le renouvellement du marquage au sol ; cela ne sera malheureusement pas suffisant…
Un ou des éléments visuels qui marqueraient clairement ce passage « protégé » sont INDISPENSABLES :
— Un panneau indiquant le passage clouté ;
— Un passage clouté surélevé ;
— Des bacs à fleurs (qui en plus réduirait le fossé décoratif entre le Canet et la commune) de part et d’autre de ce passage, sur l’accotement, pour restreindre le champ visuel de l’automobiliste et le contraindre à ralentir.
— un panneau de limitation de vitesse en sortie d’autoroute.
Qui ? Les prérogatives sont ici partagées… Aïe ! va-t-on une fois de plus entendre « c’est pas moi c’est l’autre… » ?
-> Certains éléments sont clairement du ressort d’Escota ; même si l’entreprise privée est très importante, elle doit se soumettre aux lois de la République (remarquez, pour une fois, elle ne peut pas menacer de délocaliser ). C’est donc à la préfecture de lui imposer la mise en place de ce panneau. La dernière fois qu’un préfet a fait quelque chose au Canet, c’était malheureusement que son fils s’y était tué en voiture. Mais je reste confiant
-> La direction départementale de l’équipement a son rôle à jouer : les aménagements liés à la Route Département Nationale 7 (que l’État lui a joyeusement confié sans lui donner les moyens) devrait donc intervenir. Mais un simple citoyen, voire un élu du peuple, peut-il déranger, ou quémander quoi que ce soit à une administration aussi sclérosée ? Ici, mon optimisme baisse d’un cran.
-> Mais il faut également un coordinateur à tout ceci ; mairie, pays d’Aix ? Ici s’arrêtent mes compétences. Ce qui est certain, ce que cela n’est pas à moi d’initier un tel projet. Je ne peux que modestement de le suggérer…
Canetons, Canetonnes, n’hésitez pas à m’interpeller !