Sur les traces de mes ancêtres

En suivant les recommandations de Claudette, nous sommes allés hier nous balader du côté de Sault, plus exactement au Rigauds… C’est à cet endroit que se seraient trouvées les ruines de la ferme notre arrière-arrière grand-père autour des années 1850. Avec l’aide de l’application pour iPhone iPhigénie, petite merveille qui permet d’avoir dans la poche toutes les cartes IGN au 1/25 000, nous avons fini par y accéder. A partir des Sarrauds (un lieu-dit composé d’une grande ferme, au nord de Saint-Saturnin-les-Apts), on continue vers le nord sur la D230 sur 2,81 Km. Puis prendre sur le gauche de Chemin de Javon (toujours goudronné), indiqué par une vieille borne Michelin pendant 760m.

  1. Continuer à gauche sur Chemin de Javon à Saint-Trinit (1.4 km)
  2. Le nom de la voie change et devient Lieu-dit Chapin (0.1 km)
  3. Le nom de la voie change et devient Ancien chemin de Javon à Saint-Trinit (0.2 km)
  4. Le nom de la voie change et devient Voie de Saint-Saturnin-Lès-Apt (Route non goudronnée)
  5. Prenez la piste sur la gauche:

wpid-IMG_0680-2010-08-6-15-01.jpg Puis roulez sur cette piste durant 1,10Km, jusqu’à un champs de blé; garez vous, et repérez sur la carte IGN les ruines des Rigauds. wpid-shapeimage_3-2010-08-6-15-01.png
 
Le détail de la balade sur : http://www.lecanet.com/iweb/LesRigauds/Accueil.html

Pal le poulpe: c’est parti pour 2 ans de nuage d’encre

Les Roms, les étrangers, les voyous tueurs de flics: voilà de quoi nous faire oublier la décadence sociétale dans laquelle le pouvoir UMP nous plonge depuis 7 ans, dans la torpeur de l’été.
Je ne suis pas sûr que, dans la pyramide de Maslow, ce soit la priorité de la majorité des gens, mais bon, on ne va pas changer une equipe qui gagne.
Un détail cependant: finalement, depuis les émeutes de 95, quelles actions concrètes ont été prises ?
Les banlieues sont toujours aussi enclavées, la police toujours aussi isolée et détestée, et le déclin de l’économie n’a fait que favoriser l’essort de l’économie parallèle, des drogues dures et de la delinquence.
Il planne ici comme une puanteur de déjà vu. Déjà vu en 1936. C’est la faute aux étrangers! Un peu facile non?

Le bonne question ne serait-elle pas : à qui profite le crime ?
Finallement une situation pourrie profite aux mouches, fussent elles milliardaires. Alors, crier au loup après les gitans alors que soupçon pèse sur une partie des ministres me parait plus que malsain.
N’oublions pas cependant que le massacre des retraites se fera derrière ce nuage d’encre.

J’ai vraiment honte !
Croix de feu, si je mens je vais en enfer!