Le Canet enfin réhabilité !

Pour faire suite à mon précédent article sur le désamour du Canet pour la commune, je tenais à rendre justice aux différents acteurs qui ont pris part à la réfection du carrefour du Canet.

En effet, certains thèmes que j’avais abordés trouvent enfin une solution :
— la suppression du « barreau » qui permettait d’éviter le rond-point, en se dirigeant vers Toulon ;
— l’aménagement de plusieurs arrêts de bus (quatre en tout) ;
— la réfection du revêtement, qui a pour conséquence une diminution du bruit très nette ;
— la modification du carrefour vers la route de Valbrillant, qui oblige dorénavant les usagers venant de Meyreuil a effectué le tour du rond-point lorsqu’ils se dirigent vers Aix. Ce dernier point améliore sensiblement le temps de traversée du carrefour.

Je me permets donc de remercier les autorités qui ont procédé à cette modification, avec un tout petit bémol : il serait souhaitable de matérialiser d’une manière ou d’une autre le fait que les conducteurs se trouvent bien en agglomération, et par conséquent que leur vitesse doit être limité. En effet, nous continuons à constater que les conducteurs sortant du rond-point se comportent comme de véritables billes de flipper, et c’est à celui qui accélérera le plus en sortie de rond-point. Parmi les pistes possibles, un marquage au sol, des bacs à fleurs sur les côtés de la route, ou pourquoi pas des signaux lumineux qui rappelleraient les usagers à la raison.

Dernier petit point à améliorer : la signalisation des itinéraires. Nous constatons en permanence que des usagers perdus n’hésitent pas à faire demi-tour de manière dangereuse, un peu n’importent où. Ce problème a déjà été abordé maintes fois, et il semble qu’une de réglementation administrative tatillonne ne permette pas d’indiquer sur les panneaux routiers les grandes villes situées à une certaine distance du carrefour. Résultat : des villes telles que Nice, Toulon, ne sont pas signalées dans le carrefour.

Il est grand temps que nos énarques réfléchissent un peu aux conséquences de leur pensée mesquine.

Pour finir, merci encore à tous ceux qui ont participé à l’amélioration de notre vie quotidienne au Canet !

SFR et sa politique de marketing

J’ai récemment tenté d’installer sur mon N. 95 le navigateur alternatif Opera bêta 10.
Celui-ci fonctionne très bien en connexion Wifi, mais pas moyen d’accéder à l’Internet par la connexion 3G de SFR (WapSFR).

bd13dcf8-55d8-11de-a76c-688655dceeb31-2009-12-31-10-34.jpgAprès de nombreuses recherches sur Internet, j’en suis arrivé à la conclusion que SFR bloquait certains User Agent.

En effet, pour éviter que certains n’utilisent leur téléphone comme un modem, la passerelle de navigation GPRS/3G de SFR et détecte User Agent, c’est-à-dire la signature de votre navigateur. Seuls les navigateurs officiellement installés sur les terminaux mobiles supportés par la compagnie sont autorisés à naviguer via la passerelle de navigation.
Ainsi, un utilisateur qui se connecterait sur la passerelle depuis son navigateur habituel (Firefox, Internet Explorer…) se voit rejeté.

Dans ce cas de figure, il existe bien entendu une parade : changer son User Agent. Ceci est facile à réaliser sur un navigateur comme Firefox. En tapant «about:config » dans la barre d’adresse, on accède aux paramètres cachés du navigateur. Ainsi, on peut entrer la signature d’un agent autorisé par SFR.

Mais dans le cas d’Opera Bêta 10, on ne peut sauvegarder les préférences modifiées.

La situation est donc sans issue, jusqu’à ce que SFR décide d’autoriser ce navigateur sur ses réseaux.

Au-delà de ce problème, on peut se demander si cette stratégie est pérenne. En effet, avec l’arrivée d’un nouvel opérateur – Free mobile -, la donne va probablement changer, SFR se retrouvant pour la première fois en situation de concurrence. J’ai déjà évoqué sur ces pages les soupçons qu’on pouvait justement avoir à la rencontre des opérateurs mobiles sur une potentielle entente pour limiter la concurrence.

Comme l’explique Raphaëlle Carraient sur le site de l’extension.com, Free compte adopter une nouvelle stratégie en rupture avec les politiques d’entente traditionnellement menée par la bande des trois. Et parmi les nouvelles idées émises, le blocage des ports, de certains protocoles tels que le peer-to-peer ou enfin de certains navigateurs ne devraient plus être à l’ordre du jour.

On peut se demander quelle sera la réaction des opérateurs traditionnels, qui se sont accrochés à leur gâteau durant la bataille de l’appel d’offres pour le quatrième opérateur.

En revanche Free.fr ne compte pas subventionner l’achat du terminal. Le modèle économique traditionnellement en place va donc changer. Free parie sur le fait que les utilisateurs sont prêts à payer le prix fort pour acheter leur téléphone en ayant en contrepartie une totale liberté dans son utilisation, ainsi que le bénéfice d’un prix d’abonnement plus bas.

En termes de marketing, ce pari est osé. En effet, le segment de marché visé semble être l’utilisateur aguerri, mature, qui est prêt à investir une somme conséquente dans l’achat du terminal. Le marché de masse de la téléphonie ne correspond pas forcément à ce critère. En revanche, cette offre devrait faire exploser le marché de l’occasion. Avis aux amateurs d’eBay.

En tout cas, la bataille s’annonce intéressante.

La taxe carbone a bien été carbonisée

Il existe dans ce monde des choses tellement prévisibles. Le refus par le conseil constitutionnel de la taxe carbone en fait partie.
En effet hier, le 29 décembre, le conseil constitutionnel a invalidé l’application de la taxe carbone en jugeant cette taxe comme injuste, notamment devant l’impôt, et en estimant, je suppose, elle ne répondait pas à l’objectif premier qu’elle s’était fixée.

Sarkozy doit s’en retourner dans son palais marocain.
Au départ, cette loi n’était pas censée posée de problèmes de discrimination. Mais au fur et à mesure de la pression des lobbies, de nombreuses exceptions et exonérations ont été mises en place.
Résultat : les entreprises du transport, menaçant de bloquer le pays, se sont vues exemptées de cette taxe. Cela n’a donc plus aucun sens.
De la même manière, à aucun moment, nous n’avons vu une application aux entreprises bénéficiant de ces transports. La loi taxait donc les transporteurs, mais à aucun moment les entreprises qui bénéficiaient de ces transporteurs.

J’estime que si l’on veut efficacement s’attaquer au problème des émissions de carbone, c’est à la source qu’il faut s’attaquer.
Mais comme d’habitude, notre gouvernement regarde les effets sans regarder les causes.
Habitant en région PACA, nous avons pu noter l’augmentation du trafic routier. Cette augmentation, bien entendu, n’est pas le fait des transporteurs eux-mêmes, mais bel et bien les entreprises qui utilisent leurs services. Par conséquent, créer une taxe qui pénalise les entreprises faisant appel, dans une recherche de profits, avec produits manufacturés loin du lieu de leur production, me paraît être de bon sens.

Début janvier, le gouvernement proposera une nouvelle mouture de cette loi. Il y a fort à parier que la taxe carbone numéro 2 pèsera de nouveaux sur les ménages sans toucher au profit de nos chères entreprises.
Ceux qui veulent changer le monde sont vraiment mal barrés !

Voir sur rue 89 l’article sur la censure de la taxe carbone.

http://www.rue89.com/2009/12/30/censure-de-la-taxe-carbone-methode-sarkozy-methode-de-gribouille-131811

Jacques Attali : « Hadopi ne servira à rien » – Actualités – ZDNet.fr

Ainsi que je l’avais dit, dans un précédent post, la loi HADOPI n’a pas que des admirateurs.
En effet, Jacques Attali, dans un article paru sur ZDNet.fr, dénonce cette loi stupide.
J’ai pu constater, que depuis la mise en place de cette loi, on assiste de plus en plus à l’apparition de nombreux sites de type forum où l’on trouve quantité de liens vers des fichiers hébergés sur des sites de partage, eux-mêmes situés à l’étranger.
Le pire dans tout ça, c’est que l’évolution technologique permet aux gens de contourner cette loi. En effet, ces fichiers peuvent être lus directement sur son ordinateur, en mode Streaming, c’est-à-dire sans télécharger le fichier lui-même, mais en le lisant au fur et à mesure.
De ce fait, on contourne la loi Hadopi, tout en restant dans la légalité. Cette loi aura donc eu pour seul effet que de susciter de nouveaux modes de piratage sans résoudre le problème auquel elle était censée s’attaquer. Plus récemment, j’ai pu entendre à la radio les statistiques de fréquentation des cinémas pour l’année 2009. Il apparaît, au grand dam des majors, que le cinéma en France ne s’est jamais aussi bien porté.
Le piratage a donc eu bon dos. Bien que je ne sois généralement pas d’accord avec Jacques Attali, je vous invite donc à lire le sujet en allant sur le site de ZDNet.fr
Jacques Attali : « Hadopi ne servira à rien » – Actualités – ZDNet.fr http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39704746,00.htm