Archives par mot-clé : indignez-vous

Petits exemples de mépris au quotidien

Un bel Exemple: Free et Canalsat

Nous voulions bénéficier de le télévision par ADSL sur deux postes (la chambre et le le salon) par notre abonnement Freebox.
L’abonnement par défaut n’étant pas très riches en films et documentaires, nous avions choisi de porter notre vieil abonnement Canalsat sur la Freebox.
Quel ne fut pas notre surprise de constater qu’il n’est « techniquement pas possible » de pouvoir regarder Canalsat sur les deux TV simultanément (ça l’est pourtant chez d’autres opérateurs).
De notre place de petite « vache à lait », il ne nous est bien sûr pas possible de savoir qui de Free ou de Canalsat à pris cette décision, mais le cocu de l’histoire reste le client qui, faute de concurrence, doit se contenter de payer sans rien dire.

La conclusion, c’est que ces deux entreprises, qui manifestement méprisent leurs clients, se contentent de ne voir que leurs avantages à court terme… Si un jour la concurrence permet aux clients d’aller voir ailleurs, ben on verra bien…
Où est la limite entre stratégie commerciale et mépris? On peut se poser la question…
Et en utilisant les méthodes que l’on vous enseigne dans toute bonne école de commerce, à savoir faire passer toute décision stratégique au filtre d’une matrice avantages compétitifs/craintes (ou aurore « SWOT »), peut être pourrait on faire entrer le concept d’éthique ?
Messieurs, branchez vos tableurs Excel sur vos cerveau humain! Vous verrez, à terme, votre entreprise vous en sera reconnaissante!

Recapitalisation des Banques: si nous avions encore un doute…

Il existe parfois des situations où l’aphorisme chinois « Le sage montre la lune, et l’idiot regarde le doigt » est vraiment vérifié !

Tenez, par exemple, la recapitalisation des banques qui fait l’actualité ces jours-ci.

Un très bon article vous aidera à y voir plus clair:
http://french-revolution-2.blog.fr/2010/05/02/traite-de-lisbonne-article-123-le-coup-d-etat-de-la-finance-8486601/

On y explique notamment que l’article 123 du traité de Lisbonne interdit aux états et autres banques centrales d’accorder un prêt à un état membre:
« 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite »

Autrement dit, les états, qui font tous appel au marché pour financer leurs dettes, doivent obligatoirement passer par les banques privées. Celles-là même qui ont besoin d’être recapitalisées car leurs actifs ont été empoisonnés par la situation de la Grèce.
Mais lorsqu’elle prêtent, ces banques, ce n’est pas à taux zéro… Mieux encore, les agences de notation améliorent encore leurs bénéfices sur les situations les plus désespérées !

CQFD: nous allons accorder aux banques (Sarkozy s’y emploie contre vents et marées) l’argent de nos impôts, probablement —comme en 2008— sans aucune contre-partie, pour qu’elles poursuivent leur mise à sac des pays les plus endettés !

Moralité, si cet article du traité si cher à nos élus UMP (mais aussi certains socialistes tels Emmanuel Valls et Jack Lang: voir le détail du vote) était supprimé, nous ne serions dans cette situation immorale !

La corruption de (certains de) nos politique n’est plus à démontrer, à part bien entendu à nos chers médias-paillasson sur lesquels de curieuses traces de talonnettes ne masquent même plus la souillure de leurs propriétaires, Hersant, Dassault et autres Lagardère.

Dexia : tous les regards tournés vers Bruxelles
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20111009trib000655114/dexia-tous-les-regards-tournes-vers-bruxelles.html