Franchises médicales, ou les aventures de Tapin des Bois

Voler aux pauvres pour donner aux riches, rien n’est plus coutumier à nos amis de l’UMP.
De toute façon, les riches rendront aux pauvres : ils feront l’aumône à la sortie de l’église, embaucheront des domestiques et créeront ainsi des emplois 🙂
Bref ! c’est en regardant la mise en pratique du système des franchises médicales sarkozyennes que j’ai eu l’inspiration du titre de ce billet.
En effet, j’épluchais hier la feuille des actes de la sécurité sociale de ma mère, hier, que j’ai eu un véritable choc : sur le mois dernier, le total des franchises médicales diverses et variées, hors forfait hospitalier, se monte à 45 €, soit près de 7 % de ses revenus !

Pour plus d’explications : ma mère souffre d’un cancer, elle a 83 ans et un revenu d’environ 700 € mensuels.
Sa maladie est théoriquement prise en charge à 100 %. Mais les différentes franchises s’appliquent tout de même, sur chaque boîte de médicament, chaque visite chez un médecin, chaque transport pour suivre sa chimiothérapie.
Et à côté de ça, on nous parle de millions d’euros détournés par ces « m’as-tu-vu » de l’UIMM, qui considèrent comme normaux ces « dédommagements » ! Mais où nous ont menés 6 ans de droite au pouvoir ? Si le chancre libéral est à l’œuvre dans le monde entier, il est particulièrement virulent ici, en France. Ces sournois termites rongent tout ce qui peut l’être pour le redistribuer aux plus aisés.
Peu à peu, la France de 2008 se transforme en Royaume du moyen âge, avec des passe-droits, des privilèges de sang (Neuilly…).
Heureusement, le doit de cuissage ne devrait pas revenir à l’honneur : le capital n’a pas de sexe, les usuriers (du moins certain) n’ont que faire de la concupiscence, trop occupés qu’ils sont à compter leurs actions.
Nous assistons impuissant à leurs délires tous les jours : hier encore, on parlait des « faveurs » imposées par certains propriétaires pour accorder un appartement à de jeunes filles seules.
Avant-hier, des étudiantes qui se prostituent pour payer leurs études. Aujourd’hui, c’est la fin de la trêve hivernale et le début des expulsions…
Tous les jours, les possédants rongent un peu plus les os des pauvres bougres sur le dos duquel ils vivent, sous le regard bienveillant d’un gouvernement corrompu qui en a fait son fond de commerce…
Commerce… parlons-en ! Les augmentations en cascade des prix qui affaiblissent un peu plus la population tous les jours.
L’excuse est toujours la même : nous avons des frais, nos fournisseurs augmentent leur prix, que voulez-vous les temps sont durs !
Mais il ne viendrait pas à l’esprit de ces « chers » commerçants de rogner un peu sur leur marge : ils appliquent avec les intérêts les augmentations des prix qu’ils subissent… …sous le regard imperturbable des ray-bans de notre omniprésident !
En août dernier, j’avais dit que je présenterai la facture aux sarkozystes de mon entourage. Même certains d’entre eux ont des doutes à présent !

Municipales 2008: Robert Lagier dans un fauteuil

Robert Lagier a été réélu dès le premier tour avec plus de 54% de voix à Meyreuil.
L’équipe en place pourra donc continuer son action.
Il y a fort à parier que la multiplication des alliances préélectorales, dans la liste Ferrandez, a dû en déboussoler plus d’un…

Me concernant, j’étais plus qu’indécis sur cette élection: certaines idées des uns et des autres me paraissaient excellentes, d’autres moins. En tout cas, si une seule idée a pu me marquer, c’est certainement celle de réintégrer la régie des eaux à la municipalité.
La gestion calamiteuse de la SEERC, qui ne sert finalement que les intérêts d’ONDEO ( ex-Lyonnaise des eaux ), a vu nos factures d’eau exploser… réintégrer la gestion de l’eau me paraîtrait donc une bonne chose.

Cela dit, depuis le décès de Laurent Chazal – pour qui je n’ai jamais caché mon antipathie -, le sort du Canet a nettement changé, et c’est, au-delà des querelles de clochers, ce qui m’importe avant tout.

Enfin, une dernière chose qui me tient à cœur: Monsieur le Maire, ne pourriez-vous accélérer le dégroupage ADSL au Canet ?
🙂

Liste Pourcentage Voix

Liste LAGIER
54.31%
1542 Réélu
Liste FERRANDEZ
32.72%
929 Battu
Liste MANZANO
12.96%
368 Battu

Petite pensée du matin…

En écoutant la matinale de Canal+ ce matin, dont l’invité était le ministre du budget, je me suis repassé le film des dernières semaines sur le dossier des prix à la consommation.
burns-pognon-2008-03-5-07-53.gif
Que venons-nous de vivre ? Le Sarko-band et son cortège collabo-journalistique nous sert en effet un couplet un peu usé : la grande distribution abuse sur les marges et a pratiqué des augmentations de prix injustifiées par rapport à la flambée des prix des matières premières !
Réfléchissons cinq minutes sur ces inepties…
Le sarko-serpent se mort la queue!

En premier lieu, au delà de la flambée de certains prix agricoles, comme le lait ou les céréales, nous avons vécu surtout une flambée des prix du pétrole, et par la même, une explosion de la TIPP.
Nos amis de droite se refusent à remettre en place la TIPP flottante au prétexte que, comme les prix sont élevés, les français consomment moins de carburant !
Mais vous nous prenez pour quoi ???
Le résultat, en tout cas, est strictement le même: nous consommons moins de carburant parce que les prix sont déraisonnables, pas pour embêter le ministre du budget. Si les caisses de l’état sont vides, il faut aussi aller voir du côté des cadeaux fiscaux faits récemment à certain (même si cela ne représente peu dans la masse), d’une part, et à toutes les mesures qui massacrent la consommation (dont le refus de la TIPP flottante), et par là même les entrées de TVA dans les caisses.
De plus, un peu plus de coercition envers les entreprise ne serait pas futile. Si l’on analyse la bonne santé des grandes entreprise mise en contraste avec la déprime des français, il y a de quoi se taper la tête contre les murs…
Bien entendu me-direz vous, ce ne sont pas les français qui invitent notre omni-président sur leur yacht ou dans leur jet privé…
Touche pas au grisby, salope !
Notre tonton flinguer en ray-ban essaie donc de jouer les chevaliers blancs en tentant de taper sur une partie du problème, à savoir les prix élevés, engendrés par les marges honteuses de la distribution.
Et quel-est son remède ? faire jouer la concurrence (ah! dogme libéral, quand tu nous tiens !).
Moralité, nous allons (soit-disant) assister à une guère des prix entre distributeurs pour améliorer le pouvoir d’achat…
Et mon chéquier, c’est du poulet ?
D’abord, cette hypothèse par du principe que nos amis José-Luis Duran (Carrefour), Jean-Charles Nourri (Casino), Christophe Dubrulle (Auchan) et leur amis pédégés de la distribution habitent au fond de la lozère, sans téléphone, sans internet, et ne se consultent jamais (promis-craché-juré) sur les prix qu’ils pratiquent !
Ensuite, nous présumons que le fait de faire baisser les prix (que nos magiciens de l’INSEE et son indépendance réputée) engendrera de la richesse.
Et la marmotte, elle met ses stock-options dans du papier d’alu !
 
Des prix bas engendrent avant tout des salaires bas, donc une consommation basse, donc des faillites, donc du chômage, donc pas d’argent dans les caisses, donc le maintient d’un TIPP haute, etc… CQFD !
Et non messieurs les économistes de comptoir, messieurs les technocrates du XVIème arrondissement, la seule manière d’engendrer de la croissance, malheureusement pour ceux qui financent vos campagnes électorales, c’est de botter les fesses des entreprises, au moins de celles qui le peuvent, pour augmenter les salaires.
Une autre composante importante, c’est l’injection de cash par l’état, à la keynésienne. Je sais que Monsieur Trichet appréciera moyennement, mais remettre en avant les fameuses valeurs du travail, si chères à notre tombeur de top models, c’est justement faire baisser les valeurs du capital, notamment en jouant sur les taux d’intérêts !
Parfois, le bon sens devrait prendre le pas sur la communication !
Une dernière idée, pour la route; et si on commençait par nationaliser quelques banques pour qu’elle reprennent leur rôle normal dans l’économie, à savoir aider les entreprise à investir, et non plus à engraisser leurs actionnaires ? c’est-y pas une bonne mesure pour relancer cette croissance ?
On n’a jamais vu un individu obèse du porte-feuille et rachitique des jambes tenir debout, non ?
 

Rumeur: France-Inter change de nom ?

Il y a quelques années, bien avant les changements, j’étais un fervent auditeur de France-Inter.
La station était mémorisée sur la touche 1 de mes autoradios, et les transistors étaient calés sur 93,4 MHz à la maison.
Je me réveillais sur la revue de presse, dans l’émission de Stephane Paoli et restais souvent au lit en attendant le journal de sept heures.
Puis la valse des fauteuils a commencé ; à commencer par le directeur de Radio-France. Certes, d’autres en avaient fait autant plusieurs années auparavant.
Cependant, on ne change pas de vieilles habitudes, et ce matin, j’ai ouvert mon poste pour accompagner mon café.
Certainement le hasard, me direz-vous, mais l’émission traite de deux livres parus sur votre omniprésident (j’ai toujours du mal à dire « notre »).

Mais le hasard est de plus en plus régulier. Ici, on débattait comment Sarko gérait son image télévisuelle.
Là, une revue de presse sur la prestation de nouvelle épouse du premier top model de France. Puis on enchaîne sur l’insécurité. J’ai donc vérifié la station sur laquelle j’étais réglé.
Aurais touché au syntoniseur par erreur et atterri sur Europe nº 1 ? Non, j’étais bien sur le service public.
À se demander si l’Élysée ne s’appellerait pas désormais « Public » pour qu’une radio soit autant à son service? Et soudain, j’avais 10 ans.
Nous sommes en 1976, et je suis en 6ème. au Lycée Vauvenargues, à Aix. Danielle Gilbert va faire son « midi est à vous », Giscard au coin du feu, avec son accordéon. Thierry Le Luron va faire son show sur ses caricatures de Georges Marchais…
l’ORTF, rebaptisée récemment Antenne 2 est au garde-à-vous devant le pouvoir…
Mais non, nous sommes bien en 2008. Mai 68 a, paraît-il, eu lieu, mais c’était il y a 40 ans, et votre omniprésident a officiellement classé ce vent de liberté comme inconstitutionnel.
Je l’ai maintes fois écrit ici, le retour vers le passé a pris une cadence effrénée. On mêle aujourd’hui, sans vergogne, la religion et la politique, au mépris des combats de nos aînés.
Le joli petit monde télévisuel se mélange avec le milieu politique et journalistique, les « intellectuels », dans une « basse » court à la Louis XIV, où chacun essaie de faire plus de bruit que l’autre.
Hortefeu (avec un « H » comme « Heil » — Pour paraphraser Pierre Desproges, qui nous manque tant) expulse les petits enfants en les ayant mis au préalable dans des camps.
On incite financièrement à la délation… Et pourtant… Non, ce n’était pas mieux avant. Je ne voudrais pas faire ce chemin à l’envers.
Mais… Enfin, pour ceux que le nouveau France-Inter, TF1, le nouveau France 2 n’ont pas rendu le cerveau complètement « disponible », ils pourront encore jeter un œil dans leur rétroviseur et comparer.
Je tente donc de zapper la station de radio. Basculer de nouveau vers France-Inter, mais la station a disparu. Un immense vide s’est glissé sur le 93.4.
Nous sommes désormais sur France-Pouvoir…