De la lutte des classes à la droite « décomplexée »…

17 août 2007 0 Par jeff1er

« Vivons heureux, ne vivons plus cachés ! »
Voilà une réflexion qui semble devenue incontournable dans les exhibitions ostentatoires de notre nouveau monarque : il est vrai que la fortune ne sert à pas grand-chose si on ne peut l’exhiber !

À la veille de mon départ aux USA, je m’interroge : parler de la lutte des classes a t’il encore un sens ?

Et plus généralement, comment peut-on définir aujourd’hui « être de gauche » ?

Les soixante dernières années ont profondément modifié la structure sociale occidentale. Avant la chute du Mur, la répartition des richesses se concevait à l’intérieur des frontières. Pis, on pouvait alors pointer du doigt ceux qui en abusaient.
Les plus favorisés désignaient quelques privilégies pour jouer le rôle de courroie de transmission de leur pouvoir, ainsi avait on vu la naissance d’un caste d’encadrement qui avait renié ses scrupules pour garantir ses privilèges relatifs.

Mais les années quatre vingt dix ont remis en cause cette ordre des choses.
sdf4-2007-08-17-00-03.jpg
La disparition d’un contre-poids idéologique — que je ne désapprouve pass en tant que fait, avec la
disparition de régimes sanguinaires — a réellement décomplexé la classe des possédants.
La délocalisation des classes laborieuses vers des paradis plus productifs a laissé progressivement sur le carreau toute une partie de la population occidentale, ne lui laissant le choix qu’entre s’adapter ou mourir !