Ces micros qui font le trottoir pour le gouvernement…

25 octobre 2007 0 Par jeff1er

Aujourd’hui à la une de presque toutes les télés, un seul titre : le «Jeudi Noir» !
Et généralement, on enchaîne directement sur des «micro-trottoir» bien choisis pour montrer le mécontentement d’une population harcelé par les syndicats…

microphon1-2007-10-25-00-06.jpgCes micro-trottoirs sont devenus la plaie des chaînes de télé, qu’elles soient au service de leurs actionnaires (TF1, M6…) ou encore de ceux qui nomment leur direction (France Télévision). Donc, au delà d’un journalisme de téléscripteur, qui généralement se contente de sélectionner les dépêches d’agence et de broder autour, au risque de créer de véritable mouvements sociaux tels qu’on a pu le constater avec l’affaire d’Outreau, les chiens tueurs, les 4X4 pollueurs, etc…, c’est avec un peu plus de malhonnêteté qu’on fleurir, à chaque conflit social, un florilège de témoignages mettant l’accent sur la gêne occasionné, et on occulte un peu plus les veritables raisons du mouvement.

D’autant plus que les interviews de syndicalistes, qui pourtant auraient leur place dans cette actualités, sont inexistantes, à par peut être sur certaines rares chaînes telles que Canal +.

Non, il n’y a pas de complot. Il n’y a seulement qu’une concentration du pouvoir telle que la volonté de quelques milliardaires — qui ont des 4X4 pollueurs et des chiens mordeurs— s’applique à l’ensemble du PAF. Des Ruppert Murdock à la française qui ont largement contribué à la situation politique du pays, en sous-évaluant les idées au profit des apparences.

Je tenais à pousser ce coup de gueule après avoir assisté à la triste mine de notre chère Elise Lucet, habillée de noir en la circonstance, enchaînant ces témoignages poignants d’otages du syndicalisme 🙂

Des syndicats corrompus ?

Et qu’en est il de cette info, tombée si opportunément à la veille du mouvement de grève : un caisse noire de l’Union patronale des Industries et des Métiers de la Métallurgie alimenterait la «fluidité sociale» !

Ce cher monsieur Gautier-Sauvagnac (qui fait honte à mon nom) aurait tapé dans la caisse pour financer «les» syndicats. Déjà l’article «Les» peut laisser songeur: cela laisse supposer, à en croire nos «journalistes», que l’ensemble du syndicalisme est corrompu ?

J’ai été syndicaliste moi-même durant près de quinze ans. Ce que je puis dire ouvertement est la chose suivante:
Oui, certains syndicats ont été financés ouvertement par le patronat: j’ai bien dit certains, mais sûrement pas tous. Mais la plupart du temps, c’est au niveau des entreprises, qui «montent» des syndicats pour briser un monopole ou une trop forte puissance d’un syndicat déjà en place. Dans ce cas, ce sont surtout des aides logistiques,et dans de très rare cas, l’achat de silence dont il s’agît.
Mais au niveau des fédérations, l’argent vient bien d’ailleurs.

Cette caisse, à mon avis a certainement eu d’autres usages, tels que le financement de salariés de substitution en cas de conflit social (paiement d’intérimaires, etc…) ou encore le financement de milices privées payées pour «briser» des grèves. La corruption dans le monde syndical, qui est loin d’être parfait, est très minoritaire. Bien entendu on peut dénoncer les apparatchiks, le système bureaucratique ou encore les «permanents», mais ici, je crois vraiment que nous avons encore assisté à un énième tentative de manipulation du public.

Alors, encore une fois, j’appelle le lecteur à être actif devant ces manipulations dérisoires, et aller chercher l’information, sans attendre qu’elle lui tombe digérée aux sucs digestifs aigres de nos dirigeants…

Lien intéressant : radioscopie d’un micro-trottoir