Incredible India !

12 juillet 2010 0 Par jeff1er

Notre aventure indienne, qui n’a duré qu’une semaine, a été un tel choc que j’avais envie de la partager avec vous !
Du 19 au 26 Juin: ST et l’hôtel Oberoi à New Delhi

wpid-IMG_1830-2010-07-12-09-03.jpg
Tout a commencé par une semaine de travail sur le site de Noida, où j’ai eu la chance de rencontrer la super équipe avec qui je bosse depuis deux ans sans les connaître physiquement ! Rahber, Ajay, Salil, Sudhanshu, Yatin étaient là et nous ont réservé un super accueil. Ne manquait que Piyusha, qui était en vacances. Malheureusement, Ajay a vécu sa semaine de malchance: après s’être fait faucher son sac avec toutes ses affaires et son PC dans le bus, il a été victime d’un accident de moto et s’est brisé les deux poignets .
Je tiens quoi qu’il en soit à les remercier vivement pour tout ! C’est fou ce qu’une rencontre « dans la vraie vie » peut apporter ! Les relations, et mieux, le travail au quotidien, prendra certainement une autre dimension ! le petit repas improvisé chez Pizza Domino, au champagne, restera un super souvenir

L’hébergement à l’hôtel Oberoi de New Delhi restera sans doute l’une des plus belles expériences en matière d’hôtellerie; un 5 étoiles, à 200$ la nuit, qui mérite son rang avec un service de voiturier dès l’arrivée à l’aéroport, des chambres très luxueuses, pleins de restos; nous verrons plus tard comment ce luxe choque par rapport à la pauvreté ambiante. Malheureusement, les services d’Air-France avaient décidé de nous livrer notre valise en différé.
Donc, sans moyen de se changer durant deux jours, par une température extérieure frôlant les 49°c . Nous avons donc décidé, en touristes néophytes, de prendre un auto-rickshaw, pour trouver de quoi se changer; nous sommes descendu dans une sorte de souk sous-terrain où nous avons pu acheter quelques fringues pour une poignée de roupies ! Le retour à l’hôtel le plus luxueux de Delhi, avec nous tchouc-tchouc (nom local de l’auto-rickshaw) complètement délabré coincé devant le portail entre une Bentley rutilante et une BMW 745, était mémorable .
Micky est arrivé le lendemain à l’hôtel, et Jeannine et moi le remercions encore pour sa gentillesse. Nos soirées passées avec nos collègues de ST, Gianmarco Camillo, du département brevets et Christophe Taba de HED, resteront mémorables .
Les photos de la semaine à l’hôtel sont là et .
A la fin de la semaine, nous sommes partis pour une semaine d’aventure dans le Rajasthan: Nous avions trouvé sur une internet le site http://www.voyageaurajasthan.com/ qui proposait différentes formules de découverte du pays.
Après avoir rempli le formulaire de contact, Amit, son patron, m’appelait dans les dix minutes et me proposait, dans un français parfait, une offre à 425€ par personne, qui incluait: – la location de voiture avec chauffeur pour 8 jours – l’hôtel pour le soir, en 4 étoiles – le p’tit déj. Nous avons sauté sur l’occasion et notre chauffeur, Vipin, est venu nous récupérer le samedi matin devant l’hôtel.
La voiture, un Mahindra Xylo, était hyper confortable (et ceux qui me connaissent savent quelles références j’ai en matière de confort automobile ).
Vipin a été tout au long de notre périple une personne discrète, raffinée, et très amicale ! A aucun moment il n’a imposé une étape « mercantile » comme nous avions pu le vivre en Tunisie ou ailleurs !
le 26 Juin: De Delhi à Âgrâ
Après notre départ de Delhi, nous avons cheminé au travers d’une voie « express » jonchée de vaches à contre-sens, de tchouc-tchouc délabrés et de charrettes à bras, pour arriver plus tard dans l’après-midi à Âgrâ, la ville du Taj-Mahal. Nous avons cependant pu nous arrêter pour visiter le mausolée d’Akbar à Sikandra. Après nous être installé à l’hôtel Grand Impérial, où les chambres avaient un charme colonial, nous avons fini la journée par la visite du fort rouge. Cette place forte érigée par Akbar domine le Taj, et reste typique des architectures militaires Indiennes et Moghol que nous avons visité par la suite.
Le 27 Juin: Le Taj-Mahal (ताज महल)
Le clou du voyage ! le Taj Mahal, un mausolée établi par Shâh Jahân en 1644 en mémoire de sa seconde épouse, Arjumand Bânu Begam.
wpid-Shahjahan-2010-07-12-09-03.jpg
On dit que 20 000 personnes ont travaillé à son érection (du Taj, par de Shâh Jahân), et que l’empereur paranoïaque aurait coupé leur main droite à la fin des travaux pour ne pas qu’ils reproduisent leur art. Un réplique du Taj Mahal en marbre noir aurait été envisagée de l’autre côté de la rivière Yamuna pour recueillir la dépouille de l’empereur, avec un pont reliant les deux monuments, mais ceci ne serait que légende. Ce mausolée reprend l’architecture générale d’une mosquée avec ses quatre minarets inclinés vers l’extérieur, de manière à ne pas endommager le dôme en cas de tremblement de terre. Le site est proprement magique; on y accède par des véhicules électriques pour éviter d’abimer le marbre blanc, qui jaunit tout de même à cause de la pollution omniprésente, notamment des aciéries présentes au nord de la ville. L’incrustation de pierre précieuses et semi-précieuses (jaspe, corail, lapis-lazuli, cornaline…) avait été réalisée selon des techniques qui perdurent encore aujourd’hui; les pierres sont collées au dos des plaques de marbre blanc du Rajhastan, lui même ciselé pour les laisser apparaître. ce marbre a la particularité d’être translucide, ce qui laisserait voir un halo autour du monument les nuits de pleine lune…
Nous n’avons pu vérifier Nos photos du Taj Mahal. Aucune de l’intérieur, malheureusement, car la prise en était interdite. Pour finir, le Taj reste un monument lié aux amours malheureuses, et l’accès aux étages supérieurs a été interdit suite aux nombreux suicides.
Le 27 Juin, Fathepur-Sikrî.
En route pour Jaïpur, nous avons fait un halte à Fathepur-Sikrî. Cette ville fortifiée, aujourd’hui largement visitée par les pèlerins musulmans (on s’y déchausse à l’entrée), abrite la plus grande porte d’Asie avec ses 53m. de haut. Cependant, nous n’en garderons pas un souvenir impérissable ! Au franchissement d’un village, pourtant sur la nationale, notre voiture avait été stoppée quelques minutes avant par un groupe de jeunes portant des foulard; ils y avaient improvisé un péage, et à voir l’air peu rassuré de Vipin (qui a réagit exemplairement ici), nul ne sait les intentions qu’on pouvait leur prêter… De plus, Sikrî n’est accessible qu’avec un bus, au départ d’un parking visiblement aménagé pour servir de base à tout un tas de petits commerçant et autres guides improvisés, à l’anglais approximatif. Après l’insistance (le harcèlement ?) de l’un d’eux, nous avons cédé, et ce dernier a été vraiment pénible, allant jusqu’à me piquer des pièces d’euros « pour sa collection » dans mon porte-monnaie ☹.
Nos Photos de Fathepur-Sikrî.
Les 28 et 29 Juin: Jaïpur (जयपुर), la ville rose (le Toulouse Indien ?)
Nous avons un crochet sur le mont Ârâvalli où se trouve Galta, la ville-temple avec ses singes en liberté. La ville était malheureusement déserte en cette saison surchauffée ! Nous nous devions bien de nous y arrêter cependant, puisque Hanoumân, le Dieu-Singe, était le dieu favori de Vipin, notre chauffeur. Nous nous installons donc dans Jaïpur, à l’hôtel Baila Bagh Palace. Cet ancien palais du premier ministre du Rajasthan, construit en 1872, est très marqué colonialisme, et semble être l’un des lieus animés de la ville: de nombreuses personnes viennent y profiter de la piscine. Voici les photos les plus marquantes de cet hôtel au charme fou. on y dormait dans une chambre au plafond très haut, avec un mobilier d’époque (quelle époque ?) et un magnifique téléphone en bois parfaitement fonctionnel ! Nous avons commencé notre visite de Jaïpur par une photo du « palais des vents » (Hawa Mahal) , qui ne se visite pas, masi qui reste un magnifique bâtiment qui servait aux femmes du zenana (harem) du Maharadjah de voir les precessions sans être vues. Une sorte de burqa géante .
Puis nous avons pris la route du fort Amber, où nous avons fait notre première balade à dos d’éléphant ! Le fort, encore dominé par un fort militaire en activité, semble remonter à l’an 1000 ! il est protégé par un mur de 18Km. de long.
Le 30 Juin: Jodhpur
La ville, ancienne capitale de l’opium du temps des rajput, est surnommée la ville bleue: de nombreuses maisons, visibles depuis le fort de Mehrangarh avaient été peintes en bleu pour signifier leur appartenance aux membres de la caste des brahmanes. Ce fort, avec ses murs marrons ressemblant parfois à du bois, est certainement le mieux conservé de ceux que nous avons visité ! Nous avons dormi à l’hôtel Polo Heritage; Celui n’a rien d’extra-ordinaire, comparé aux autres (il est cependant moderne et bien équipé); mais la vaste pelouse devant notre chambre et sa piscine étaient un vrai régal, à l’heure de l’apéro !
Le 1er Juillet: Bîkâner
Après un arrêt à Desnoke nous allons rejoindre Bîkâner. La barrière linguistique et les accents nous ont joué un salle tour ici: nous avions compris que le temple de Karni Mata était un temple rouge (red temple), mais il fallait comprendre une temple de rats (rats temple); vous imaginez la tête de Jeannine, et sa phobie des rongeurs, alors que nous étions pieds nus au milieu du temple . Bikaner restera en terme d’hébergement notre meilleur souvenir ! l’hôtel Laxmi Niwas Palace date de 1902 et a hébergé ni plus ni moins que George V et la Queen Mary ou encore Georges Clemenceau ! Le bar, avec ses trophées de chasse (parmi les quels un gavial de 3 m. de long) vaut le détour…
Nous visiterons le fort de Junagarh, qui abrite des collections d’armes remarquables, ainsi qu’un avion De Havilland offert par le prince de Galles au Maharadja de l’époque.
Le 1er Juillet: Shekhawati
Les Havelîs représentent la partie la plus remarquable de cette région, dont la plus grande ville est Mandawa; Ce sont des demeures bourgeoises, jadis propriétés de Maharadjas, puis appartenant à de riches commerçants. La plupart sont aujourd’hui aujourd’hui en ruine, mis à part celles qui sont occupées par des habitants locaux ou encore qui ont été restaurées par des occidentaux. Nous visiterons parmi celles-ci le centre culturel Nadine Le Prince, à Fathepur. L’arrivée à l’hôtel Roop Niwas Kothi Palace fût plus chaotique; la proximité d’un hôtel avec un nom très proche induisit en erreur Vipin, et nous fûmes déposés dans un établissement en construction . Finalement, Amit, le patron de notre agence, fût très prompt à réagir et nous a changé d’hôtel dès réception de mon mail de mécontentement ! Nous avons donc fini comme seuls clients dans un ancien palais du Maharadja de Shekhawati, et servis comme tels par le personnel !
Le 2 Juillet: le départ
Dernière escale du périple: le retour à Delhi, où nous avons profité du temps qui nous restait jusqu’au départ du vol, à 00h35, pour visiter quelques monuments que nous avions manqué; parmi lesquels le Minaret de Qûtb .
Ce voyage fût vraiment inoubliable… Prochaine étape? le sud ?